Macro et proxy photographie

C’est le plus souvent le nez par terre, que vous rencontrerez le photographe macro addicte des petites bêtes. Il en aurait presque les mains qui tremblent tellement il est concentré ! Nous devons le comprendre : pour avoir une chance de saisir correctement en image, un instant de vie d’insecte, il faut de la patience et quelques connaissances. Alors pas question de se déconcentrer ! Le photographe macro peut se promener avec tout un attirail : appareil photo moderne et objectif macro, bonnette, bague d’extension ou encore soufflet réglable… Serait-il une sorte de geek ? En tout cas, il finit toujours pas avoir les genoux dans l’herbe, à la recherche de trésors cachés. Ce drôle de personnage a toutefois un rôle important auprès de la société, puisqu’il révèle aux yeux des curieux la beauté d’un monde souvent ignoré… voir craint. On connais tous quelqu’un qui a la phobie des araignées, des bêtes qui piquent ou bien qui ne peut regarder une limace sans grimacer. On a souvent peur de ce que l’on ne connait pas, alors pourquoi ne pas choisir l’image pour révéler les mystères de ce petit monde sauvage ?

Bariolé de mille couleurs, revêtant les formes les plus fantaisistes, le petit peuple des insectes attend sous la feuille, derrière le caillou et sur la branche. Il se cache, part en chasse et cherche un compagnon au fil des saisons. Le marcheur averti peut voir quelques un de ces lutins s’il prend le temps de s’arrêter de temps à autre. Tandis que le photographe patiente, l’œil aux aguets, observe les plantes une à une, ausculte les troncs d’arbre et regarde la prairie à l’affût des signes qui ne trompent pas : vrombissement des libellules, crissement d’un criquet, reflet coloré d’un papillon ou encore scintillement d’une toile d’araignée… Voici un extrait de ces trésors.

 

Insectes

 

 

Arachnides

 

Noir & Blanc